Info

Sujet Capital

Sujet Capital, votre balado qui vous explique le monde du placement de façon simple, vous offre des idées pour la gestion de votre portefeuille, le tout dans une ambiance décontractée. Retrouvez James Parkyn, François Doyon La Rochelle tous les mois.
RSS Feed Subscribe in Apple Podcasts
2024
May
April
March
February
January


2023
November
October
September
August
July
June
May
April
March
February
January


2022
December
November
October
September
July
June
May
April
March
February
January


2021
December
November
October
September
August
July
June
May
April
March
February
January


2020
December
November
October
September
August
July
June
May
April
March
February
January


2019
December
November
October
September
August
July
June
May
April
March
February
January


2018
December
November
October
September
August
July
June
May
April
March
February
January


2017
December
November
October
September
August
July
June
May
April
March
February
January


2016
December
November
October


Categories

All Episodes
Archives
Categories
Now displaying: Page 1

L’investissement décomplexé vous offre des idées pour la gestion de votre portefeuille en compagnie d’experts chevronnés. Nous expliquons le monde du placement de façon simple, dans une ambiance décontractée.

PWLCapital

May 8, 2024

Dans cet épisode, James Parkyn et François Doyon La Rochelle commencent par faire le point sur les résultats de la gestion active par rapport à la gestion passive pour 2023.

Ils passent ensuite en revue le budget fédéral 2024 et les nouvelles règles qui affectent les investisseurs.

Apr 10, 2024

Dans cet épisode, James Parkyn et François Doyon La Rochelle présentent le dernier livret électronique de James intitulé "La nouvelle retraite"

Mar 13, 2024

Dans cet épisode, James Parkyn et François Doyon La Rochelle discutent de la mise à jour des rendements espérés à long terme de PWL sur les classes d’actifs avec Raymond Kerzérho, chercheur principal chez PWL.

Ensuite, ils examinent avec lui un document de recherche du professeur Scott Cederburg sur la répartition des actifs en fonction du cycle de vie.

Feb 14, 2024

Dans cet épisode, et comme chaque année, James Parkyn et François Doyon La Rochelle discutent de leçons d'investissement de l’année 2023.

Ensuite, ils passent en revue “The Price of Time” par Edward Chancellor, qui est un livre qu’ils recommandent fortement à tous leurs auditeurs.

Jan 17, 2024

Dans cet épisode, James Parkyn et François Doyon La Rochelle commencent la nouvelle année par revoir les performances des marchés des capitaux mondiaux pour 2023.

 

Ensuite, ils abordent comment mesurer la performance de votre portefeuille. Ce sujet va de pair avec le premier.

 

Lien à partager :

Épisode 48 : Revues des Marchés en 2022 & Perspectives 2023 — Sujet Capital Par James Parkyn & François Doyon La Rochelle https://www.sujetcapital.com/sujetcapital/episode-48-revues-des-marches-en-2022-et-perspectives-2023

 

- Statistiques de marché - Parkyn Doyon La Rochelle - Décembre 2023 - PWL Capital Par Raymond Kerzérho https://www.pwlcapital.com/fr/resources/statistiques-de-marche-parkyn-doyon-la-rochelle-decembre-2023/

 

Nov 22, 2023

Dans cet épisode, James Parkyn et François Doyon La Rochelle commenceront par discuter les stratégies de planification fiscale de fin d’année pour les investisseurs.

Ensuite, ils accueilleront Raymond Kerzerho, chercheur principal chez PWL Capital, pour discuter de son dernier blogue sur les principaux régimes de retraite du Canada.

Lien à partager : 

Oct 25, 2023

Dans cet épisode, James Parkyn et François Doyon La Rochelle vont aborder les raisons pour lesquelles ils préfèrent utiliser des FNBs ou des fonds communs de placement de marché total pour construire leurs portefeuilles.

Pour leur deuxième sujet, il discute un point sensible pour tous les Canadiens : Les impôts !

L'augmentation des impôts pour les personnes aux revenus les plus élevés, est souvent proposée comme une solution pour générer des revenus supplémentaires afin de réduire les inégalités au Canada.

 

Lien à partager :

Sep 27, 2023

Dans cet épisode, James Parkyn et François Doyon La Rochelle commencent le balado aujourd’hui par donner un bref aperçu du fonctionnement du régime enregistré d’épargne-études et des meilleures stratégies pour optimiser les retraits de votre REEE de la manière la plus avantageuse. 

Pour leur deuxième sujet, ils se penchent sur la composante actions de votre portefeuille et le degré d’exposition aux actions mondiale que vous deviez avoir. 

Lien à partager : 

- Épisode 23 : Le coût élevé d’investir avec les fonds de couverture — Sujet Capital par James Parkyn, Raymond Kerzérho & François Doyon La Rochelle 

- Global equity investing: The benefits of diversification and sizing your allocation (vanguard.com) par Scott J. Donaldson, Harshdepp Ahluwalia, Giulio Renzi-Ricci, Victor Zhu & Alexander Aleksandrovich Vanguard 

Aug 2, 2023

Dans cet épisode, James Parkyn et François Doyon La Rochelle commencent le balado aujourd’hui par la revue des statistiques de marché en date du 30 juin 2023 puis update leurs auditeurs sur l’inflation.

-Statistiques de marché – Juin 2023: https://www.pwlcapital.com/wp-content/uploads/2023/07/2023-06_PDL-Capital_Market-StatsFRE-2.pdf 

 

1) Introduction:

François Doyon La Rochelle : Bienvenue à Sujet Capital, un Balado mensuel à propos de la gestion passive de portefeuille et de la planification financière et fiscale pour les investisseurs à long terme.

Vos hôtes pour ce Balado sont James Parkyn et moi-même François Doyon La Rochelle, tous deux gestionnaires de portefeuilles avec PWL Capital.

 

Au programme aujourd’hui pour l’épisode #55 :

- Pour notre premier sujet, nous ferons la revue et commenterons les statistiques de marché pour l’année en date du 30 juin.

- Et ensuite, pour notre second sujet, nous ferons une mise à jour sur l’inflation.

- Veuillez aussi noter, avant que nous passions à nos sujets, que nous prendrons une pause estivale. Nous serons de retour pour notre prochain épisode le 28 septembre.

Bonne écoute !

 

2) Revue semestrielle des marchés :

François Doyon La Rochelle : Je vais commencer notre Balado aujourd'hui par la revue des statistiques de marché en date du 30 juin 2023.

Après une année 2022 très difficile, une année au cours de laquelle presque toutes les classes d'actifs ont enregistré des pertes importantes, je suis sûr que nos auditeurs vont être soulagés et heureux d'apprendre qu'au cours du premier semestre 2023, les actions et les obligations ont généré des rendements positifs. Ces rendements positifs sont généralisés puisque toutes les classes d'actifs qu’on suit, à l'exception d'une, sont en territoire positif. A titre de rappel, vous pouvez trouver notre page de statistiques de marché sur notre site Internet Sujet Capital dans la section ressources ou sur le site Internet de PWL Capital dans la section dédié à notre équipe. On va partager le lien pour les statistiques de marché avec le podcast.

James Parkyn : Effectivement, François, après l’année 2022 où les actions et les obligations ont été fortement malmené en même temps, les investisseurs devraient être satisfaits des rendements enregistrés depuis le début de l'année.

François Doyon La Rochelle : Tout à fait James, surtout que la plupart des experts des marchés étaient sceptiques quant aux perspectives des marchés en début d'année. Plusieurs d'entre eux prévoyaient une récession qui ne s'est pas encore matérialisée.

James Parkyn : En effet François, elle ne s’est pas encore matérialisée. La croissance du PIB reste positive, la consommation des ménages reste obstinément forte et la création d'emploi se poursuit à un rythme soutenu, tant ici au Canada qu'aux États-Unis. Les experts s'attendent cependant que la croissance du PIB ralentisse, qu’elle se contracte même, au cours des prochains mois, en raison du cycle de resserrement des taux d'intérêt imposé par les banques centrales.

À titre de rappel, afin de ralentir l'inflation qui a atteint l'an dernier un sommet de 8,1 % au Canada et de 9,1 % aux États-Unis. La Banque du Canada a augmenté son taux directeur qui se situait à 0,25 % en mars 2022 à 5 % en juillet 2023. Aux États-Unis, on a vu des hausses semblables. La Réserve fédérale a augmenté le taux des fonds fédéraux de 0,25 % à une fourchette de 5.25% à 5,50%.

François Doyon La Rochelle : Le cycle de resserrement de taux a quand même eu l'effet espéré sur l'inflation puisqu'elle a baissé ici au Canada et aux États-Unis à 2,8% et 3% respectivement, ce qui se rapproche de la cible à long terme de 2 % fixée par les deux banques centrales. Ceci dit, le cycle de resserrement a aussi fait des dommages collatéraux, en particulier dans les banques régionales américaines, car les fortes hausses des taux d'intérêt ont placé certaines banques dans des positions délicates, ce qui a entraîné l'intervention de la Réserve fédérale.

James Parkyn : Les banques régionales n'ont pas été la seule source d'inquiétude pour les marchés au cours du premier semestre, il y a eu une nouvelle crise politique liée au plafond de la dette aux États-Unis qui a fait la une des journaux pendant plusieurs semaines jusqu'à ce qu'un accord sur le relèvement de la limite de la dette soit conclu en juin.

François Doyon La Rochelle : Malgré tout ce bruit, les marchés boursiers ont connu un bon premier semestre, en particulier aux États-Unis et dans les marchés développés internationaux. Ces marchés sont maintenant dans un bull market (marché haussier) parce qu’ils ont augmenté de plus de 20% par rapport aux bas atteints en octobre 2022. On va examiner les détails un peu plus tard, mais l'indice S&P500 aux États-Unis a augmenté, en dollars américains, de 27,5 % depuis le bas et l'indice des actions développées internationales, le MSCI EAFE (acronyme pour les actions d’Europe, Asie et Extrême-Orient) a augmenté d'environ 32,8 % depuis le bas. Ici, au Canada, on n’est pas encore dans un marché haussier puisque l'indice S&P/TSX Composé n'a augmenté que de 12,8 % depuis le creux d'octobre 2022.

James Parkyn : Ça peut surprendre certains investisseurs qui sont encore sous l'emprise émotionnelle du biais de récence de l'année dernière, mais l'histoire des marchés financiers nous enseigne que des fortes hausses de marchés arrivent très souvent à la suite de marché baissiers ou en anglais ‘Bear Market’.

François Doyon La Rochelle : Absolument James et il y a un bon graphique de Dimensional dans leur revue semestrielle qui montre, sur la base des données de l'indice Fama/French du marché total américains qui couvre la période de juillet 1926 à décembre 2022, qu'historiquement, après une baisse du marché de 20%, le rendement moyen après un an est de 22,2%, que le rendement moyen cumulé après 3 ans est de 41,1% et que le rendement moyen cumulé après 5 ans est de 71,8%.

James Parkyn : Oui, ces données sont très intéressantes et elles nous rappellent qu'il faut rester discipliné dans les marchés baissiers, qu’il faut rester investie et qu’on doit suivre son plan à long terme. La majorité des investisseurs ne peuvent pas se permettre de rater les hausses de marché qui suivent les ‘Bear Market’.

François Doyon La Rochelle : Malgré la belle remontée depuis le creux de l'année dernière, je pense qu’il est important de mentionner que les principaux indices ne sont pas de retour à leurs niveau maximal historique.

James Parkyn : Effectivement, en date du 30 juin, le S&P500, le MSCI EAFE et le S&P/TSX Composite sont encore entre 5% et 7 % en bas de leurs sommets.

François Doyon La Rochelle : Ceci dit, on va maintenant regarder en détail les statistiques du marché au 30 juin en commençant par les titres à revenu fixe canadiens. Comme vous le savez, 2022 a été une année historiquement difficile pour les obligations, la pire année depuis plusieurs décennies. A titre de rappel, en 2022, les obligations canadiennes à court terme ont baissé de 4,04 % et l'ensemble du marché obligataire Canadien, qui détient des échéances plus longues, a enregistré une baisse considérable de 11,7 %. Depuis le début de l'année, au 30 juin, malgré une augmentation des taux d'intérêt de 1 % par la Banque du Canada, les obligations canadiennes à court terme ont augmenté de 1,01 % et le marché obligataire total canadien a augmenté de 2,51%.

James Parkyn : Ça fait du bien d’enfin de voir des chiffres positifs dans le marché obligataire François, mais les performances que tu cites sont des chiffres de rendement total, donc ça inclut les revenus d'intérêts. Si on regarde seulement le prix des obligations, les obligations à court terme ont effectivement légèrement baissé tandis que ceux des obligations à plus long terme ont légèrement augmenté.

François Doyon La Rochelle : Tu as raison James, le prix des obligations sont en baisse, surtout du côté des obligations à court terme, ceci à cause de l'impact des dernières hausses de taux d'intérêt de la Banque du Canada. À titre indicatif, le rendement des obligations du gouvernement du Canada à échéance dans deux ans était de 3,82 % au début de l'année et il est maintenant à 4,21 %, le prix de ces obligations a donc baissé. Il faut se souvenir que les rendements et les prix des obligations évoluent dans des directions opposées. Du coté des obligations à échéances plus longues, le rendement des obligations du gouvernement du Canada venant à échéance dans 10 ans était de 3,30 % au début de l'année et il se situait à 3,26 % au 30 juin, donc le prix a quelques peu augmenté.

James Parkyn : Pour ceux qui recherchent la sécurité des certificats de placements garantie (CPG), on peut avoir des rendements intéressants en ce moment, allant de 5,5 % pour un CPG d'un an à 5,2 % pour un CPG de cinq ans.

François Doyon La Rochelle : On va regarder maintenant du côté des actions, les marchés boursiers du monde entier ont progressé partout depuis le début de l'année. Les actions canadiennes ont augmenté de 5,70 %, principalement grâce aux titres de croissance, puisque l'indice de croissance des grandes et moyennes capitalisations a eu un rendement de 8,1 %, contre 4,0 % pour les titres de valeur des grandes et moyennes capitalisations. Les actions  petite capitalisation ont également eu un rendement positif avec une performance de 3,0 % depuis le début de l'année.

Aux États-Unis, le marché boursier total américain a eu une performance de 16,2 % en dollars américains, mais puisque le dollar canadien s'est apprécié par rapport au dollar américain, la performance en dollars canadiens était moindre à 13,5 %. Depuis le début de l'année, les actions de croissance de grande et moyenne capitalisation ont largement surpassé les actions de valeur, avec une performance en dollars canadiens de 26 % contre seulement 2,7 % pour les actions de valeur. Les actions de petites capitalisations ont enregistré une performance de 5,6 % en dollars canadiens, les titres de petite capitalisation croissance ont à nouveau mieux faites que les titres de valeurs avec une performance de 10,9 % contre un maigre 0,1 % pour les titres de petite capitalisation valeur.

James Parkyn : Pour les titres de croissance, c’est un revirement complet par rapport à ce qui s'est passé l'année dernière, Il faut se rappeler qu’en 2022 les actions de croissance de grande et moyenne capitalisation ont fortement chuté alors que les titres de valeur de grande et moyenne capitalisation n’avaient pratiquement pas baissé. Cette année, une poignée d'actions à grande capitalisation (en anglais on dit Mega-Cap) dominent les rendements du marché boursier américain. Selon Morningstar, au 31 mai 2023, 97 % de la performance de l'indice Morningstar U.S. Large and Mid-Cap, qui suit de près l'indice S&P500, provenait des 10 plus grands titres de l'indice. Ça signifie que seulement 3 % du rendement de l’indice provient des quelque 700 autres titres de l’indice Morningstar.

François Doyon La Rochelle : Oui, les performances du marché américain depuis le début de l'année sont très concentrées sur quelques actions et quelques secteurs. Si on regarde les cinq principaux titres du S&P500, à savoir Apple, Microsoft, Amazon, NVIDIA et Alphabet (Google), leur performance depuis le début de l'année, au 30 juin, varie de 36 % pour Alphabet à 189 % pour NVIDIA. En termes de secteurs, 4 secteurs sur 7 affichent des performances négatives au premier semestre. Les secteurs les plus performants sont ceux de la technologie, des services de communication et de la consommation discrétionnaire.

Selon un rapport de RBC Global Asset Management, depuis le 1er janvier 2020, seulement sept titres de l'indice S&P500 ont produit plus de la moitié de son rendement cumulé. Ces titres sont Meta, Apple, Alphabet, Microsoft, Amazon, NVIDIA et Tesla.

James Parkyn : C'est très frappant, mais ça veut aussi dire que pour les gestionnaires actifs qui font de la sélection de titre pour bâtir votre portefeuille (ou stock picking en anglais) et que s’ils ne détiennent aucun de ces titres, ils ont probablement sous performer de beaucoup le S&P500. N'oubliez pas qu'il y a des milliers d'actions sur le marché américain et encore plus si on inclut le marché mondial. La recherche académique démontre que la plupart des actions, sont moins performantes que les bons du Trésor américain sur de très longues périodes.

François Doyon La Rochelle : C'est exact et c'est l'une des raisons pour lesquelles les stock pickers ont du mal à battre les indices. C’est pourquoi nous utilisons des fonds ou FNBs qui sont largement diversifiés pour bâtir nos portefeuilles. On veut s’assurer d’avoir les tous les titres les plus performants dans les comptes de nos clients.

Enfin, pour ce qui est des actions internationales de pays développées, les actions à grande et moyenne capitalisation ont également bien faites depuis le début de l'année. Elles ont eu une performance de 12,1 % en monnaie locale. En dollars canadiens, les actions des pays développés ont augmenté un peu moins, soit de 9,1 %. C’est parce que le dollar canadien s'est apprécié par rapport au panier de devises inclus dans l’indice MSCI EAFE. Là encore, les actions de croissance à grande et moyenne capitalisation ont surpassé les actions de valeur. Elles ont eu une performance de 11,5 % en dollars canadiens, contre 6,7 % pour les actions de valeur à grande et moyenne capitalisation. Comme aux États-Unis et au Canada, les actions de petite capitalisation ont été à la traîne des actions à grande et moyenne capitalisation, avec une performance de 3,1 %, performance également en dollars canadiens.

En conclusion, les marchés émergents ont bien fait avec une performance de 2,6 % depuis le début de l'année. Contrairement aux marchés développés, les actions de valeur et les actions de petites capitalisations se sont mieux comportées que les actions de croissance et les grandes capitalisations.

Donc, je pense que ça fait le tour.

 

3) Mise à jour sur l’inflation :

Francois Doyon La Rochelle : Comme deuxième sujet aujourd’hui on fait une mise à jour sur l'inflation, on en a beaucoup parlé dans notre podcast depuis le printemps 2022. Donc, James, peux-tu commencer par nous donner un résumé de la situation actuelle des taux d'inflation?

James Parkyn : François, l'inflation s'est ralentie le mois dernier pour atteindre son rythme le plus faible en deux ans. Aux États-Unis, l'indice des prix à la consommation a augmenté de 3 % en juin par rapport à l'année précédente, ce qui est nettement inférieur au récent pic de 9,1 % atteint en juin 2022. L'indice de l'inflation de base, qui exclut les prix volatils de l'alimentation et de l'énergie, a également enregistré en juin sa plus faible hausse mensuelle depuis plus de deux ans. Bien que le taux d'inflation dans le rapport de juin sur l'IPC reste supérieur au niveau souhaité par la Fed, les données suggèrent des progrès évidents dans la réduction des pressions sur les prix vers des niveaux plus acceptables.

François Doyon La Rochelle : Au Canada, les nouvelles sont encore meilleures. Le dernier rapport nous donne une inflation qui s'est établi à 2,8 % en juin donc c’est très encourageant mais, James qu’en est-il en l'Europe et au Royaume-Uni ?

James Parkyn : L'inflation a baissé à 5,5 % dans les 20 pays utilisant l'euro et à 7,9 % au Royaume-Uni, mais ça reste bien supérieur à l'objectif de 2 % des banques.

François Doyon La Rochelle : James, est-ce qu’il y a un consensus parmi les économistes ? Est-ce que les banques centrales peuvent crier victoire sur l'inflation ?

James Parkyn : Nick Timaros dans le WSJ rapporte que : "Certains décideurs politiques et économistes de la Fed craignent que le ralentissement de l'inflation soit temporaire. Ils considèrent que le ralentissement de l'inflation était attendu depuis longtemps après la disparition des chocs liés à la pandémie qui ont fait grimper les loyers et les prix des transports et des voitures. Ils craignent que les pressions sous-jacentes sur les prix ne persistent, ce qui obligerait la Fed à relever ses taux et à les maintenir plus longtemps. Leur plus grande crainte est de savoir si la croissance des salaires et des prix peut ralentir suffisamment sans qu'il y ait une récession.

François Doyon La Rochelle : Oui, Karen Dynan, une économiste à l'université de Harvard, est citée dans cet article. Elle déclare : "Bien que les choses semblent aller dans la bonne direction en ce qui concerne l'inflation, nous ne sommes qu'au début d'un long processus". James, qu’est-ce que les économistes de l'autre côté du débat disent ?

James Parkyn : Nick Timaros poursuit et déclare que : "D'autres économistes affirment que ce raisonnement ne tient pas compte des signes de ralentissement économique actuel qui atténueront progressivement les pressions sur les prix. Ils affirment également que l'inflation ralentira suffisamment pour que les taux d'intérêt "réels" ou corrigés de l'inflation augmentent dans les mois à venir. Ça permettrait de renforcer l’impact des augmentation des taux d’intérêt, même si la hausse des taux du 27 juillet est la dernière du cycle de resserrement actuel”.

François Doyon La Rochelle : Donc le débat est beaucoup plus autour de l'inflation des salaires. Le premier camp d'économistes est nerveux car il n’y a pas de marge de manœuvre et trop de demande dans l'économie pour être raisonnablement confiant que l'inflation va revenir à l’objectif de 2 % de la Fed dans les années à venir.

James Parkyn : Exactement François. Plusieurs de ces économistes craignent que la croissance des salaires soit trop forte. En l'absence de récession, ils estiment qu'un marché du travail surchauffe poussera l'inflation de base à la hausse en 2024. Étant donné qu'un marché du travail en surchauffe est susceptible de se manifester d'abord au niveau des salaires, beaucoup d’économistes considèrent les augmentations de salaire comme un bon indicateur de la pression inflationniste sous-jacente. La notion derrière cette pensée, est qu'une croissance annuelle des salaires de 3,5 % serait compatible avec une inflation entre 2 % et 2,5 %, à condition que la productivité augmente d'environ 1 % à 1,5 % par an.

François Doyon La Rochelle : Selon l'indice du coût de l'emploi du ministère américain du travail, les salaires ont augmenté de 5 % dans la période de janvier à mars par rapport à l'année précédente. La Fed surveille de près cet indice car c’est la mesure la plus complète de la croissance des salaires.

James Parkyn : Le second camp d'économistes François estime qu'il existe de nombreuses preuves que le marché du travail se refroidit, ce qui réduit les pressions inflationnistes. Ils soulignent que le temps nécessaire aux chômeurs pour trouver un nouvel emploi s'est allongé. L'augmentation du nombre d'heures travaillées par les employés du secteur privé a ralentie en même temps que le nombre d'emplois non comblés.

Benjamin Tal, économiste en chef adjoint chez CIBC World Markets, a dit dans le Global Mail qu’: "Il s’attend à ce que l’économie saigne des postes vacants plutôt que des emplois. À savoir, les entreprises n’embaucheront pas mais ne licencieront pas. »

François Doyon La Rochelle : La nouvelle encourageante dans tout ça c’est que la baisse de l'inflation va permettre aux banques centrales d'être plus patientes et de prendre leur temps avant de procéder à de nouvelles hausses de taux.

James Parkyn : Absolument François. Aux États-Unis, le mois dernier la Fed a maintenu son taux directeur de référence pour les fonds fédéraux dans une fourchette comprise entre 5 % et 5,25 %. C'est la première fois qu'elle fait une pause après dix augmentations consécutives depuis mars

2022. À titre de rappel, les hausses de taux d'intérêt ralentissent l'économie par le biais des marchés financiers en réduisant le prix des actifs et en augmentant le coût de l'emprunt.

François Doyon La Rochelle : Le 27 juillet, la Fed a augmenté le taux des fonds fédéraux de 25 points de base pour atteindre une fourchette cible entre 5,25 % et 5,50 %. Cette augmentation était attendu par les marchés. Ça correspond au sommet précédent atteint en 2006-07. Il faudrait remonter à 2001 pour trouver une période où les taux étaient plus élevés qu’aujourd’hui. La vitesse et l’ampleur de la hausse (plus de 500 points de base en 16 mois) est inégalée depuis le resserrement de la Fed en 1980. Ceci dit, l'inflation, selon l'indice des prix à la consommation, se rapproche de l'objectif de 2 % de la Fed, mais James qu’est-ce que les banques centrales disent des derniers chiffres d'inflation ?

James Parkyn : Elles ont toutes le même message en insistant sur le fait que les conséquences économiques vont continuer à s'aggraver si l'inflation échappe à tout contrôle. Le gouverneur de la Banque d'Angleterre, Andrew Bailey, a été cité dans le Financial Times : "Notre tâche consiste à ramener l'inflation à son niveau cible et nous ferons ce qui est nécessaire. Je comprends les préoccupations qui en découlent, mais je crains de devoir toujours dire - que le résultat est pire si nous ne ramenons pas l'inflation à son niveau cible". Donc François, malgré le risque d’entrainer une récession, les banques centrales insistent sur le fait qu'ils prévoient de maintenir les taux à leur niveau élevé pendant un certain temps – en effet, probablement plus longtemps que ne le prévoient les marchés boursiers et obligataires. En résumé, Ils me semblent Francois qu’elles sont très synchronisées.

François Doyon La Rochelle : Je suis d'accord James. En fait, la Banque des règlements internationaux (ou la BRI), l'organisation mondiale des banques centrales basée en Suisse, semble également d'accord. Dans un récent rapport, la BRI a souligné que depuis le début de l'année 2021, près de 95 % des banques centrales du monde ont relevé leurs taux. Cette synchronisation parmi les banques centrales est plus élevée lors du choc pétrolier inflationniste des années 1970. La BRI a qualifié cette situation de "resserrement de la politique monétaire le plus synchronisé et le plus intense depuis des décennies".

James Parkyn : Je pense que l'on reconnaît de plus en plus que des erreurs de politiques monétaires ont été commises pendant la pandémie. Selon moi, ça m’indique que les taux d'intérêt doivent être normalisés à des niveaux beaucoup plus élevés que les taux très bas en vigueur pendant la pandémie.

François Doyon La Rochelle : James qu’est-ce que les économistes disent de l'impact de la politique fiscale, autrement dit, au niveau des dépenses publiques sur l'inflation ?

James Parkyn : Le journaliste David Parkinson a récemment posé la question suivante dans le Globe & Mail : "Dans quelle mesure le problème persistant de l'inflation au Canada peut-il être imputé aux dépenses du gouvernement ?" Dans son article, qui fait suite à la dernière hausse des taux d'intérêt de la Banque du Canada, il souligne que le gouverneur, Tiff Macklem, a noté dans les dernières projections économiques de la Banque, que la croissance des dépenses publiques est d'environ 2 %, ce qui correspond au taux estimé de croissance de la production potentielle de l'économie. Selon lui, cela signifie que la contribution du gouvernement à l'équilibre entre l'offre et la demande de l'économie est neutre. Il avance que ça n'aide pas à résoudre le problème de l'excès de demande qui continue d'alimenter les pressions inflationnistes. Mais d’un autre côté, il n'aggrave pas non plus le problème. Mais il affirme également que si l'on compare les dépenses publiques aux niveaux antérieurs à la pandémie, la politique fiscale en matière des dépenses est stimulatrice.

François Doyon La Rochelle : Intuitivement, les gouvernements pourraient également contribuer à la lutte contre l'inflation. Ils pourraient réduire les dépenses qui sont essentiellement financées par des déficits afin de diminuer la demande. Je pense que ça aiderait les banques centrales parce qu’elles auraient moins besoin d’augmenter les taux d'intérêt.

James Parkyn : À ce sujet, François, Gita Gopinath, directrice exécutive adjointe du Fonds monétaire international, dans un discours prononcé lors de la conférence annuelle de la Banque centrale européenne (BCE) à Sintra, au Portugal, le mois dernier, a affirmé que "certains effets secondaires de la lutte contre l'inflation par la politique monétaire pourraient être réduits en donnant à la politique fiscale des dépenses un rôle plus important. »

Mme Gopinath a ajouté : "Compte tenu des conditions économiques dans lesquelles nous nous trouvons, à la fois en raison d'une inflation élevée et de niveaux d'endettement record, ces deux éléments plaident en faveur d'un resserrement de la politique fiscale. Si l'on examine les déficits budgétaires prévus pour de nombreux pays du G7, on s'aperçoit qu'ils sont trop élevés pour trop longtemps. "

François Doyon La Rochelle : Elle a également lancé un avertissement et je la cite : "Les banques centrales doivent accepter la "vérité inconfortable" qu'elles devront peut-être tolérer une période plus longue d'inflation supérieure à leur objectif de 2 % pour éviter une crise financière ».

James, la baisse de l'inflation est-elle une bonne nouvelle pour les investisseurs ?

James Parkyn : Oui, je pense que le fait que les taux plus élevés pour plus longtemps seraient une bonne nouvelle pour les investisseurs. Je pense également que la vraie nouvelle est que nous commençons maintenant à obtenir des taux d'intérêt réels positifs. Enfin, de nombreux économistes prévoient une baisse des taux de la Banque centrale de 2024 et pour certain, ça sera en 2025. Preston Caldwell, économiste en chef chez Morningstar, a déclaré dans un rapport récent que "l'inflation montre maintenant des signes généralisés de décélération" et que "la Fed est toujours susceptible d'augmenter ses taux lors de sa réunion de juillet, mais le rapport d'aujourd'hui sur l'inflation selon l'IPC soutient notre opinion selon laquelle la Fed passera à une réduction agressive en 2024 après la chute de l'inflation". Francois, on le sait la Fed a effectivement augmenter ses taux à la réunion de juillet.

François Doyon La Rochelle : Pour les investisseurs qui ont évité les titres à revenu fixe par crainte des hausses de taux, c’est peut-être maintenant le temps de réexaminer vos portefeuilles de titres à revenu fixe. Les investisseurs reçoivent maintenant un rendement réel positif, c’est-à-dire après l'inflation, avec leurs investissements obligataires. Ce qui n'a pas été le cas depuis belles lurettes.

James Parkyn : L'exemple parfait est que nous obtenons maintenant de bien meilleurs taux sur les CPG. Récemment, les taux des CPG étaient autour de 5.5% pour 1 an, et autour de 5,2 % pour 5 ans. Ces taux sont nettement plus élevés que notre estimation du rendement attendu des obligations de 4,26 %. Nos auditeurs peuvent consulter le plus récent rapport de PWL que l’on vient de publier sur les hypothèses de planification financière. Malgré la hausse générale des prix des obligations, les rendements aujourd'hui plus élevés qu'ils ne l'ont été pendant la majeure partie de la dernière décennie.

François Doyon La Rochelle : À l'heure actuelle, les titres à revenu fixe vous procurent un bon revenu. Sur une base "réelle", les taux semblent très attrayants si on les compare aux prévisions d'inflation pour les années à venir. Par exemple, l'estimation de PWL pour l'inflation est à 2,2 % par an. Un investisseur qui achète un CPG à échéance dans 5 ans, comme tu l’as mentionné James, obtiendrait 5,2 %, soit un rendement réel de 3 %.

James Parkyn : En conclusion, François, la clé pour les investisseurs est que même si les banques centrales augmentent encore un peu leurs taux, la fin du cycle haussier actuel se profile à l'horizon, à moins d'une résurgence de l'inflation. Comme nous l'avons dit à maintes reprises, nous ne faisons pas de Market Timing, autant du côté des actions que des obligations. Spécifiquement pour les obligations, n'essayez pas de prévoir le sommet des taux d'intérêt.

Je veux également François partager avec nos auditeurs une citation intéressante de Dimensional qui provient de son rapport semestriel et je cite : " Ce que les investisseurs savent, c'est que les marchés continueront à traiter rapidement les informations au fur et à mesure qu'elles seront disponibles. Un plan à long terme, axé sur les objectifs individuels et fondé sur la confiance dans les prix du marché, peut placer les investisseurs dans les meilleures conditions pour vivre une bonne expérience, quoi qu'il arrive. »

François Doyon La Rochelle : En d'autres termes, James, il ne faut pas essayer de deviner la fin du cycle de hausse des taux.

Je rappelle à nos auditeurs que notre discipline consiste à investir avec "l'état d'esprit de l'investisseur, axé sur le long terme". On ne veut pas se laisser influencer par le bruit à court terme des médias financiers et par la volatilité des marchés. C’est un défi de taille qui s'applique à tous les investisseurs, même aux professionnels. On l’a souvent répété dans notre podcast : "C'est simple à dire mais pas facile à faire : Il faut toujours être conscients qu’on peut tomber dans le piège d'essayer de "prévoir l'avenir".

 

4) Conclusion :

François Doyon La Rochelle : Merci James Parkyn d’avoir partagé ton expertise et ton savoir.

James Parkyn : il m’a fait plaisir Francois.

François Doyon La Rochelle : Hé bien c’est tout pour ce 55ième épisode de Sujet Capital ! Nous espérons que vous avez aimé.

N’hésitez pas à nous envoyer vos questions et suggestions. Vous pouvez nous joindre par courriel à: sujetcapital@pwlcapital.com 

De plus, si vous aimez notre podcast, partagez-le avec votre famille et vos amis et si vous n'y êtes pas abonné, faites-le SVP.

Encore une fois, merci d’être à l’écoute et joignez-vous à nous pour notre prochain épisode à paraitre le 28 septembre exceptionnellement car nous prenons une pause pour l’été.

Profitez de votre été et à bientôt!

Jul 5, 2023

Dans cet épisode, James Parkyn et François Doyon La Rochelle passent en revue le dernier livret électronique écrit par James Parkyn intitulé Compétences en matière d’investissement pour les jeunes épargnants. 

Ce livret électronique est disponible sur le site Web de Sujet Capital et dans la section de notre équipe sur le site Web de PWL Capital. Il fournit d'importantes connaissances pratiques qui aideront les jeunes épargnants à prendre les bonnes décisions financières. 

 

Livret électronique:

https://www.pwlcapital.com/fr/?p=17970

 

Lire le script : 

  1. Introduction : 

François Doyon La Rochelle: Bienvenue à Sujet Capital, un Balado mensuel à propos de la gestion passive de portefeuille et de la planification financière et fiscale pour les investisseurs à long terme. 

Vos hôtes pour ce Balado sont James Parkyn et moi-même François Doyon La Rochelle, tous deux gestionnaires de portefeuilles avec PWL Capital. 

Au programme aujourd’hui pour l’épisode #54 : 

Dans cet épisode, nous passerons en revue le dernier livret électronique écrit par James intitulé - Compétences en matière d’investissement pour les jeunes épargnants.  

Bonne écoute ! 

 

  1. Compétences en matière d’investissement pour les jeunes épargnants : 

François Doyon La Rochelle : Dans le podcast d'aujourd'hui, on va aborder un seul sujet, on va discuter du dernier livret électronique que tu as écrit James qui est intitulé Compétences en matière d’investissement pour les jeunes épargnants. Ce livret est disponible sur notre site Sujet Capital et aussi sur la page de notre équipe au sein du site PWL Capital. Il fait partie d'un effort important dans notre équipe car on a pris une décision stratégique il y a quelques années pour ajouter des clients de la nouvelle génération à notre pratique, ce qui inclut les enfants de nos clients actuels. 

James Parkyn : Oui, effectivement, il s'agit d'un gros mandat, car ces jeunes clients en sont, pour plusieurs, seulement aux premiers stades de l'apprentissage de l'épargne et de l'investissement.  Pour d’autres, on voit que leur réflexion et leur expérience sont étonnamment avancées.  Dans le cas des enfants de nos clients, les parents sont en fait très heureux que nous entreprenions cette initiative.  Pour eux, ça fait partie des valeurs familiales de les aider à développer ce qu'ils considèrent comme une compétence essentielle pour la suite de leur vie.  Beaucoup d'entre eux réalisent également qu'ils auraient aimé commencer beaucoup plus tôt. 

François Doyon La Rochelle : Pour nos auditeurs, il s'agit d'un livret électronique, donc relativement court (28 pages), avec beaucoup d'images et d'illustrations graphiques, qui se veut facile à lire et sans trop de jargon.  James, quel est le message principal que tu veux essayer de faire passer aux jeunes épargnants ? 

James Parkyn : Mon message principal porte sur l'importance de commencer tôt.  C'est une compétence qui vous servira sur tout au long de votre vie et vous donnera la confiance nécessaire pour prendre des décisions financières intelligentes. Pour que les choses soient claires pour nos auditeurs, nous entendons par "compétences pour la vie" les compétences dont vous avez besoin pour tirer le meilleur parti de la vie. Toute compétence utile dans la vie peut être considérée comme une compétence de vie. Les jeunes épargnants doivent en faire une priorité. 

François Doyon La Rochelle : James tu as eu de nombreuses rencontres avec des jeunes épargnants au cours des dernières années, qu'est-ce que tu as appris ? 

James Parkyn : Tout d'abord, je devais connecter avec eux, et j'ai donc décidé d'entamer la conversation en partant du point de vue "Start with Why" (Commencez par le pourquoi).  L'idée de « Start with the Why » vient de l'auteur Simon Sinek, qui a écrit un livret bien connu sur le sujet. 

François Doyon La Rochelle : Qu'est-ce qui résonne avec eux ? Comment fais-tu pour les intéresser ?   

James Parkyn : J'aime toujours raconter des anecdotes sur la musique.  Je mentionne la chanson "Time" de Pink Floyd, tirée de l'album phare "Dark Side of the Moon" publié au début des années 1970. 

François Doyon La Rochelle : Un classique, mais c’est surtout de la musique de la génération de leurs parents.  Il y a aussi une autre chanson sur cet album qui s'appelle "Money", mais les paroles sont surtout politiques. 

James Parkyn : À ma grande surprise, beaucoup de jeune connaissent Pink Floyd et la chanson.  Ce que j'aime vraiment dans les paroles de la chanson "Time", c'est qu'elles transmettent un message clé sur l'importance de commencer tôt.  Je soupçonne le groupe de ne pas s'en être rendu compte lorsqu'il a écrit ces paroles, mais d'une manière ou d'une autre, ils ont relayé un message fondamental pour les jeunes épargnants. 

François Doyon La Rochelle : C’est quoi le message, qu’est-ce que les paroles disent ?  

James Parkyn : Traduction libre ici des paroles. "Faire défiler les moments qui composent une journée ennuyeuse.  Gâcher les heures avec désinvolture. Se trainer sur un bout de terrain dans sa ville natale. Attendre que quelqu'un ou quelque chose vous montre le chemin. Fatigué de se prélasser au soleil, rester à la maison pour regarder la pluie. Vous êtes jeune, la vie est longue et vous avez du temps à tuer aujourd'hui.  Et puis un jour, vous vous apercevez que dix ans se sont écoulés derrière vous. Personne ne vous a dit quand courir, vous avez raté le coup de départ". 

François Doyon La Rochelle : C'est incroyable à quel point le message est pertinent pour notre sujet.  Ce nouveau livret électronique a pour but d'aider les jeunes épargnants à comprendre l'importance de commencer dès maintenant.  Il n'y aura personne pour donner le départ, pour vous dire de commencer à apprendre et à investir. 

James Parkyn : Exactement François. Pour moi, c'est une vraie joie de voir la lumière s'allumer, de voir que les jeunes réalisent que les concepts sur l’investissement que j’apporte sont vraiment "accessibles". 

François Doyon La Rochelle : J'aime ton choix du mot "accessible" parce que c’est très stimulant pour les jeunes de savoir et de sentir qu’ils peuvent y arriver. James, entrons dans le vif du sujet.  Quelles sont les compétences que les jeunes épargnants doivent développer ? 

James Parkyn : On couvre sept compétences en matière d'investissement.  La première compétence est "Point de départ".  Pour certains jeunes épargnants, l'investissement peut être effrayant : "Par où commencer ?  C'est tellement compliqué !"  Pire encore, certains jeunes épargnants peuvent se demander : "Pourquoi dois-je y porter attention maintenant ?  J'ai toute la vie devant moi !"  Lorsqu'on débute, ce n’est pas facile de trouver le meilleur moyen d'atteindre les objectifs financiers que l'on s'est fixés pour soi et pour sa famille.  Il y a tant de priorités concurrentes à prendre en compte et les ressources à consacrer à l'une d'entre elles sont limitées. 

François Doyon La Rochelle : Je pense que les jeunes épargnants ont beaucoup trop d'informations à leur disposition dans le monde branché d'aujourd'hui, avec Internet et les médias sociaux qui sont omniprésents. En fait, je pense que ce dont ils ont besoin ce sont des connaissances réelles et des informations pratiques qu'ils peuvent utiliser pour démarrer et les aider dans ce nouveau voyage qu'ils commencent. 

James Parkyn : Je suis d'accord et c'est pourquoi on explique les concepts clés pour aider les jeunes épargnants à franchir les premières étapes critiques de leur parcours financier. Eh oui, François, on espère qu'ils apprendront à prendre les bonnes décisions et à éviter de faire des erreurs majeures. 

François Doyon La Rochelle : Dans la partie, pour commencer, tu expliques, James, la magie des intérêts composés.  Peut-être que tu pourrais l’expliquer à nos auditeurs, c’est quoi les intérêts composés ? 

James Parkyn : Le concept des intérêts composés n'est pas une mince affaire. Albert Einstein l'a qualifié de huitième merveille du monde. C'est l'intérêt sur l'intérêt que vous avez déjà gagné. En d'autres termes, la capitalisation est l'argent que vous gagnez sur votre investissement initial, plus l'argent que vous gagnez sur les rendements déjà accumulés au fil du temps. 

François Doyon La Rochelle : Une autre raison importante qui justifie de commencer tôt votre parcours d'investisseur, c’est de prendre l'habitude d'épargner tout en apprenant les principes de base l'investissement et en renforçant votre confiance. 

James Parkyn : Précisément !  Lorsqu’on traverse de nombreux marchés baissiers, et comme tu le sais, François, on en a connu quatre depuis 2000, l’expérience acquise en tant qu'investisseur avec une mentalité à long terme  fait en sorte que nous sommes moins enclin à vendre en panique. On apprend qu’un portefeuille diversifié et bien conçu va se rétablir et continuer à augmenter de valeur une fois la crise passé. 

François Doyon La Rochelle : Avec ton expérience James c’est quoi la meilleure façon de commencer ? 

James Parkyn : Les jeunes épargnants devraient mettre en place un retrait automatique de leur compte bancaire qui va directement dans un compte d'investissement. C'est ce qu'on appelle se payer en premier (avant toutes les autres dépenses), et ça fonctionne parce que vous adaptez naturellement vos dépenses au montant d'argent dont vous disposez après votre épargne. 

François Doyon La Rochelle : James pourrais-tu nous parler de la deuxième compétence que les jeunes épargnants doivent acquérir : Tu l’as appelé, gérer son capital humain. 

James Parkyn : De nombreuses personnes ne sont pas conscientes de leur actif le plus précieux. Il reste caché à la vue de tous parce qu'il est considéré comme acquis. Quel est cet actif ? C’est votre potentiel à générer des revenus tout au long de votre vie. Il s'agit de votre capital humain, que l'on peut définir comme la valeur actuelle de tous vos revenus futurs. Pour la plupart des gens, ça représente un chiffre énorme, surtout s'ils sont jeunes. Votre capital humain est d'autant plus précieux parce qu'il constitue une protection contre l'inflation. Ce que je veux dire par ça c’est que les revenus ont tendance à augmenter avec le coût de la vie. 

François Doyon La Rochelle : James, pourrais-tu expliquer ce qu’est la "valeur actuelle de tous vos revenus futurs". Je pense que c’est un peu du jargon pour nos auditeurs et les jeunes épargnants. 

James Parkyn : Le capital humain est la valeur actuelle de tous les salaires futurs provenant du travail.  Vous pouvez augmenter votre capital humain en poursuivant vos études ou en suivant une formation en cours d'emploi.  Pensez à tous les revenus futurs que vous percevrez en tant que rémunération jusqu'au moment où vous prendrez votre retraite et ensuite estimé ce que ça vaudrait comme somme forfaitaire pour du capital à investir. 

François Doyon La Rochelle : Au fur et à mesure qu'il se développe, vous devez également protéger votre capital humain de la même manière que vous protégez d'autres actifs importants. Comme une automobile ou une assurance habitation.  

James Parkyn : Si vous êtes comme la plupart des gens, vous serez riche en capital humain au début de votre vie professionnelle, mais pauvre en capital financier. Au cours de votre carrière, votre objectif devrait être de convertir votre capital humain en capital financier en gagnant de l'argent, en épargnant et en prenant de bonnes décisions en matière d'investissement. Les deux formes de capital sont importantes, accordez-leur l'attention qu'elles méritent. 

François Doyon La Rochelle : Si l'on ajoute à ça le rendement composé du capital humain et financier, c'est ainsi que l'on parvient à l'indépendance financière, quelle que soit votre définition personnelle. James, parlons maintenant de la troisième compétence que les jeunes épargnants doivent développer : Cultiver un état d'esprit d'investisseur. 

James Parkyn : De nombreuses personnes abordent l'investissement comme s'il s'agissait d'un jeu d’hasard, que l'on peut gagner en pariant sur le dernier titre à la mode ou la dernière tendance en matière d'investissement.  Blackrock Asset Management a mené une enquête en 2015, et 51 % des Canadiens ont déclaré à l'époque qu'ils pensaient que l'investissement pour eux ressemblait à un jeu de hasard.  Même si l'investissement et les jeux de hasard impliquent tous deux de risquer de l'argent dans l'espoir de réaliser un gain financier, la similitude s'arrête là. L'investissement - lorsqu'il est bien fait - consiste à acheter des actifs dont le rendement attendu est positif grâce aux revenus qu'ils génèrent et/ou à l'appréciation du capital à long terme. 

François Doyon La Rochelle : Nous avons abordé ce concept dans un podcast précédent.  La différence entre investir et spéculer est parfois une question de perspective et de temps.  La spéculation signifie souvent que l'on s'attend à des gains faciles à court terme.  C'est quelque chose qui nous interpelle même nous les professionnels. 

James Parkyn : Je suis d'accord François. Mais pour les jeunes épargnants, le savoir-faire à développer est de s'en tenir patiemment à un portefeuille largement diversifié qui reflète leur tolérance au risque et d'accepter que cette philosophie d’investissement ne produise peut-être pas l'excitation de toucher le jackpot sur une action ou une crypto-monnaie à la mode. Ils ne devraient pas investir pour des sensations fortes. Votre but devrait être d'atteindre vos objectifs financiers à long terme, et ce n'est pas quelque chose avec lequel il faut jouer.  J'ai déjà entendu dire qu'il n'était pas grave de perdre de l'argent quand on est jeune, car on peut se rattraper plus tard dans la vie.  Je déteste cette façon de penser et je dis aux jeunes épargnants d’y penser à deux fois, car si l'on prend en compte l’effet de la capitalisation sur plusieurs décennies de l’argent perdu, la perte est beaucoup plus importante. 

François Doyon La Rochelle : On poursuit avec la quatrième compétence que les jeunes épargnants doivent acquérir : Garder le cap sur le long terme.  James, c’est quoi ton message ?  

James Parkyn : Les investisseurs qui réussissent prennent des décisions financières cohérentes et intelligentes et s'y tiennent malgré les hauts et les bas du marché sur une période de plusieurs dizaines d'années. Cela exige de la discipline, une compétence essentielle à acquérir dès le début de votre vie d'investisseur.  Élaborez votre plan d’investissement et respectez-le. 

François Doyon La Rochelle : Donc Il s'agit de ne pas se laisser piéger par le bruit des médias et de ne pas faire des transactions en fonction des événements à court terme sur les marchés financiers et des nouvelles économiques.  On a parlé souvent dans notre podcast de la nécessité d'éviter le "market timing".  Les académiciens ont déterminé que c’est une des pires erreurs qu’on peut faire pour détruire son patrimoine. Une forte baisse des marchés peut être particulièrement difficile à digérer pour certaines personnes. Ils se persuadent qu'ils peuvent sortir du marché maintenant et y revenir quand les choses iront mieux.  

James Parkyn : Cependant, essayer de prévoir le marché pose au moins deux problèmes.  Premièrement, si vous vendez maintenant, quand saurez-vous qu'il est sûr de revenir sur le marché ? Deuxièmement, si vous vendez, vous risquez de rater des gains pendant que vous êtes sur la touche, ce qui peut avoir un impact considérable sur vos rendements à long terme. Bien que ça peut être difficile, la meilleure stratégie d'investissement, est de détenir un portefeuille d'investissements largement diversifiés et gérés passivement, dans les bons comme dans les mauvais moments. Pourquoi une gestion passive ? Parce que la recherche montre clairement que la plupart des gestionnaires de fonds actifs sous-performent leur indice de référence au cours d'une année donnée. 

François Doyon La Rochelle : La cinquième compétence à acquérir est de : Comprendre les biais comportementaux. James, qu’est-ce que tu dis aux jeunes épargnants sur les aspects psychologiques de l'investissement ? 

James Parkyn : Je leur dis qu'ils doivent comprendre comment leurs instincts humains fondamentaux peuvent les amener à prendre de mauvaises décisions financières.  Nous sommes tous la proie de biais comportementaux et émotionnels qui peuvent nous conduire à de graves erreurs d'investissement. 

François Doyon La Rochelle : Pour contrôler l'influence des biais comportementaux et émotionnels, il faut d'abord en être conscient, puis revenir à une pensée rationnelle et à de bons processus de prise de décision. Quels sont les principaux biais ? 

James Parkyn : La finance comportementale est un domaine en plein essor, deux prix Nobel ont été décernés à des académiques pour leurs travaux dans ce domaine au cours des 20 dernières années.  Il existe une quantité étonnante de recherches sur les biais comportementaux.  Je mets en évidence les quatre principaux biais sur lesquels les jeunes épargnants devraient, selon moi, porter leur attention. Vous devrez vous protéger contre ces biais et d'autres biais cognitifs et émotionnels tout au long de votre vie d'investisseur. 

  1. Biais de récurrence : Il s'agit de la tendance à accorder plus d'importance aux événements qui se sont produits dans un passé récent. Le biais de récence peut vous amener à vous écarter de votre plan d'investissement pour profiter d'une tendance haussière du marché ou pour vendre lors d'un repli du marché. 

  1. L'excès de confiance : Il est fréquent que les gens développent une confiance injustifiée en leurs propres capacités, y compris en leur capacité à réaliser des profits exceptionnels sur les marchés financiers. L'excès de confiance peut conduire les investisseurs à faire des paris risqués sur la base d'une croyance erronée en leur capacité à prédire l'avenir. 

  1. Biais de confirmation : Cela se produit lorsque les investisseurs recherchent des informations qui confirment leur point de vue et négligent les opinions divergentes. 

  1. L’aversion aux pertes : Les chercheurs en finance comportementale ont déterminé que les gens ressentent la douleur d'une perte environ deux fois plus fortement que le plaisir qu'ils retirent d'un gain équivalent. L'aversion pour les pertes est un autre biais qui peut fausser votre prise de décision en vous amenant à privilégier l'évitement des pertes par rapport aux gains. 

 

François Doyon La Rochelle : Des bons conseils en matière d'investissement et des bonnes habitudes tels que l'examen annuel du portefeuille, les cotisations automatiques et le rééquilibrage périodique du portefeuille peuvent vous aider à maîtriser vos émotions et à maintenir votre plan d’investissement sur la bonne voie. 

James Parkyn : Diversifier son portefeuille en détenant un grand nombre d'investissements sur différents marchés est une stratégie fondamentale pour investir avec succès. L'économiste Harry Markowitz, lauréat du prix Nobel, l'a fameusement décrite comme "le seul repas gratuit en finance"ou « The only free lunch in finance » 

François Doyon La Rochelle : Effectivement, Markowitz a démontré qu'en combinant des actifs qui performent différemment au fil du temps, vous réduisez le risque global de votre portefeuille sans réduire les rendements attendus. 

James Parkyn : Il s'agit de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Lorsque vous ne possédez que quelques actions de compagnies dans votre portefeuille, la faillite d’une de ces compagnies peut entraîner une perte permanente de votre épargne. Alors que si vous possédez de nombreux titres - idéalement toutes les actions d'un marché donné - les mauvaises performances de certaines seront compensées par les meilleures performances des autres. 

François Doyon La Rochelle : Une petite mise en garde, Ça ne veut pas dire que vous ne perdrez jamais, mais que vos gains et vos pertes reflèteront celles du marché dans son ensemble. Vous avez éliminé ce que l'on appelle le risque non systématique, c'est-à-dire le risque propre à une entreprise, une compagnie, ou à un secteur spécifique. 

James Parkyn : Le même principe s'applique à la détention de différents types d'actifs tels que les actions, les obligations et l'immobilier. Chacun d'entre eux produit des rendements différents au cours d'une période donnée et en les combinant dans un portefeuille, vous en réduisez le risque. 

François Doyon La Rochelle : Ça peut surprendre, mais les études démontrent que de nombreux investisseurs détiennent encore des portefeuilles terriblement sous-diversifiés.  

James Parkyn : Heureusement, les jeunes épargnants peuvent éviter de faire cette erreur fondamentale en achetant simplement des fonds gérés passivement qui permettent une large diversification à un coût très faible. 

François Doyon La Rochelle : La septième et dernière compétence que les jeunes épargnants doivent acquérir est celle de : Contrôler ses émotions. C’est quoi la différence entre cette compétence et l'apprentissage des biais comportementaux ? 

James Parkyn : Excellente question, Francois.  Le message que je veux faire passer ici encore une fois est qu'il faut faire attention à la façon dont on réagit émotionnellement à la volatilité des marchés.  L'une des mesures les plus importantes est d'ignorer le bruit des médias concernant les mouvements quotidiens des marchés et de se concentrer plutôt sur un plan financier à long terme. Ce plan doit prévoir une répartition des actifs en fonction de vos objectifs et de votre tolérance au risque. Lorsque les marchés évoluent à la hausse ou à la baisse, vous rééquilibrez périodiquement votre portefeuille en fonction de votre allocation d'actifs cible et vous restez confiant dans le fait que le processus fonctionne à long terme. 

François Doyon La Rochelle : Comme on l’a déjà dit, le secteur des services financiers et les médias financiers encouragent la gestion active, ce qui nous pousse à faire beaucoup de transactions.  Pensez à toutes les publicités du secteur montrant une personne devant un écran avec des côtes boursière et des graphiques. Malheureusement, de nombreux investisseurs associent faire des transactions à la création de valeur. 

James Parkyn : J'ai une excellente citation d'un collaborateur de longue date de Warrant Buffett, Louis Simpson, qui supervisait les investissements de la gigantesque filiale d'assurance GEICO de Berkshire Hathaway.  Il a dit un jour : "Nous réfléchissons plus que nous n'agissons. Un grand nombre d’investisseurs agissent beaucoup et ne réfléchissent pas beaucoup".  Pour moi, cette phrase reflète la façon dont nous gérons l'argent de nos clients et ce qui nous différencie de la plupart des acteurs du secteur des services financiers.  Nous achetons avec beaucoup de soin, nous conservons et différons les impôts et nous rééquilibrons lorsque c’est pertinent.  Nous faisons tout ça en respectant le plan d’investissement bien conçu de nos clients. 

François Doyon La Rochelle : J'aime aussi cette citation.  Louis A. Simpson était l'un des gestionnaires de fonds préférés de Warren Buffett et, à un moment donné, un successeur potentiel.  Il était beaucoup moins connu que Buffett ou Charlie Munger.  Malheureusement, il est décédé au début de l'année 2022 à l'âge de 85 ans.  Je devrai préciser ici pour nos auditeurs qu'en agissant beaucoup, il voulait dire en négociant beaucoup.   

Revenons maintenant à nos moutons.  Lorsque les marchés sont à la hausse, il est relativement facile de contrôler vos émotions pour la plupart des investisseurs qui voit leurs portefeuilles prendre de la valeur de jour en jour.  

James Parkyn : Les marchés baissiers font partie de la vie d'un investisseur. C'est en prenant des risques contrôlés que l'on obtient des rendements et que l'on construit son patrimoine. Cependant, les marchés baissiers peuvent créer de l'anxiété et une pression à agir qui peut parfois sembler insurmontable. C'est à ce moment-là que les investisseurs doivent contrôler leurs émotions car c’est là qu’ils commettent le plus souvent des erreurs qui entraînent une perte permanente de capital. 

François Doyon La Rochelle : Vos pensées peuvent être trompeuses. Vous pouvez croire que vous prenez des décisions rationnelles alors qu'en réalité vos actions sont motivées par la peur. C'est pourquoi vous devez vous préparer aux baisses des marchés en vous efforçant de reconnaître les moments où vous vous sentez stressé pour que vous puissiez ensuite gérer vos émotions. 

James, tu recommande également des livres.  Quels livres recommandes-tu ? 

James Parkyn : Tout d'abord, je recommande aux jeunes épargnants de lire notre livret électronique " les 7 péchés capitaux de l’investissement" que nous avons publié en 2021. Il s'agit en quelque sorte d'un complément à ce nouveau livret électronique.    

Je recommande également aux jeunes épargnants qui souhaitent approfondir leurs connaissances de lire deux ouvrages incontournables : 

  1. The Psychology of Money (La psychologie de l'argent) par Morgan Housel : L'auteur primé Morgan Housel présente 19 histoires courtes explorant les étranges façons dont les gens pensent à l'argent et vous apprend à mieux comprendre l'un des sujets les plus importants de la vie. 

  1. Think, Act, and Invest Like Warren Buffett (Pensez, agissez et investissez comme Warren Buffett) par Larry E. Swedroe : Warren Buffett. Bien qu'il soit impossible d'investir exactement comme lui, Think, Act, and Invest Like Warren Buffett propose une approche d'investissement solide et sensée, basée sur les conseils de Buffett en matière de stratégies d'investissement. 

François Doyon La Rochelle : James, quels livres recommandes-tu recommande pour les parents ? 

James Parkyn : Je recommande deux livres différents mais tout aussi bons : 

  1. It Makes Total Cents de Tom Henske. Il s'agit d'un auteur américain.  Certains éléments de ce livre sont spécifiques aux investisseurs américains et reflètent les lois fiscales américaines. It Makes Total Cents (épelé avec un "c" pour faire un jeu de mots avec le mot sense) est un guide court et facile à lire pour aider les parents. Ce livre concis est conçu pour être lu à raison d'un chapitre par mois et couvre les 12 sujets financiers les plus importants qu'un enfant doit comprendre avant d'entrer à l'université ou au collège. 

  1. The Wisest Investment de Robin Taub. Elle est canadienne et son livre vise à enseigner à vos enfants à être responsables, indépendants et intelligents en matière d'argent.  Robin Taub propose une feuille de route pour enseigner l'argent à vos enfants. 

L'éducation financière a longtemps été un sujet ignoré et il en résulte que, génération après génération, les enfants entrent dans l'âge adulte sans maîtriser les bases de l'argent. Cela conduit à un stress inutile à l'âge adulte et, en fin de compte, à des problèmes de santé. 

 

  1. Conclusion : 

François Doyon La Rochelle : Voilà pour le podcast d’aujourd’hui intitulé Compétences en matière d’investissement pour les jeunes épargnants. Merci James Parkyn d’avoir partagé ton expertise et ton savoir. 

James Parkyn : il m’a fait plaisir Francois. 

François Doyon La Rochelle : Hé bien c’est tout pour ce 54ième épisode de Sujet Capital !  Nous espérons que vous avez aimé. 

N’hésitez pas à nous envoyer vos questions et suggestions. Vous pouvez nous joindre par courriel à: sujetcapital@pwlcapital.com 

De plus, si vous aimez notre podcast, partagez-le avec votre famille et vos amis et si vous n'y êtes pas abonné, faites-le SVP. 

Encore une fois, merci d’être à l’écoute et joignez-vous à nous pour notre prochain épisode qui sortira le 2 aout. 

A bientôt! 

 

1 2 3 4 5 6 7 Next » 16